Sophrologie Albi

Sophrologie et entreprise : des ateliers pour se relaxer

Apprendre à se relaxer

Les premiers pas en Sophrologie nous amènent à expérimenter la relaxation

À travers des exercices simples, chacun peut apprendre à découvrir et prendre conscience de nombre de tensions que nous accumulons dans notre corps.

Ces tensions chroniques, au-delà de l’inconfort qu’elles génèrent chez l’individu, ont des effets, souvent méconnus, sur notre santé physique et morale.

En premier lieu, elles génèrent une fatigue chronique, à l’origine d’une perte de productivité dans le cadre professionnel. Elle est aussi responsable d’une baisse de la vigilance, source de nombreux accidents du travail.

Enfin, cette forme de stress chronique conduit à des pathologies diverses, sources d’absentéisme.

Réduction du stress

La Sophrologie en entreprise (sophrologie Albi) se décline essentiellement sous la forme d’ateliers.

Elle permet, dans un espace dédié, de découvrir et de pratiquer des techniques de détente musculaire et mentale et d’améliorer sa respiration.

Enfin, la pratique de la visualisation permet de mieux maîtriser son mental afin d’améliorer son état d’esprit quotidien.

Cette pratique de groupe a pour objectif d’améliorer notre résistance au stress.

Ainsi apprend on à relativiser les difficultés, à s’adapter plus facilement aux contraintes.

Les capacités d’attention et de concentration s’en trouvent accrues. 

Chacun peut remarquer une nette amélioration de son énergie, de son dynamisme, ainsi qu’une meilleure qualité de sommeil.

Au-delà de tous ces bienfaits, on constate également un changement d’humeur chez la personne, avec une amélioration sensible de la motivation au travail, ainsi qu’une communication entre individus nettement plus fluide.

Bienveillance

La bienveillance est un mot qui, peu à peu, s’installe dans le langage commun. N’est-elle pas le pendant de la brutalité d’un monde ressenti comme de plus en plus déshumanisé ?

Si les progrès techniques fulgurants depuis un demi-siècle nous ont quelque peu éblouis, qu’en est-il des rapports humains, notamment dans nos pays riches ?

Depuis peu, les neurosciences nous montrent que la vraie source de santé, d’épanouissement, de joie de vivre et de… motivation, repose essentiellement sur des rapports sociaux et affectifs de qualité.

L’être humain a besoin d’un sentiment d’appartenance et de reconnaissance que l’anonymat et les échanges dans le monde moderne ne lui offrent pas.

Alors il se tourne vers des « compensations ». Et voici apparaître le monde de la consommation, sans discernement, anarchique, addictif.

La bienveillance en entreprise est le fruit de valeurs communes, mais également d’évolution des consciences. En effet, la bienveillance suppose une connexion au niveau du cœur, ce qui n’est pas vraiment la priorité dans le monde du travail.

Celle-ci présuppose que nous avons déjà une attitude juste avec nous même, que nous nous connaissons assez pour satisfaire les besoins profonds de notre « enfant intérieur ». 

À cette condition seulement, nous pouvons nous ouvrir aux autres de manière authentique et avoir l’attitude de quelqu’un qui se reconnaît dans les mêmes valeurs que le groupe dont il est un élément. La bienveillance se manifeste quand je reconnais l’importance de l’autre et où mes « neurones-miroirs » me permettent cette empathie si naturelle à l’Homme. C’est ainsi que le cerveau s’est développé depuis des milliers d’années, nous apprend Sébastien Bohler, ingénieur, ancien élève de l’Ecole Polytechnique et docteur en neurosciences.