La couche lavable : nouvel atout incontournable des jeunes parents

Couche lavable

Finissez-en avec les produits jetables et découvrez avec bébé, les avantages des couches lavables. Tout aussi imperméable avec son insert absorbant, la couche lavable est innovante et plus éthique dans le vaste monde du lange.

Couche lavable : qu’est-ce que c’est exactement ?

Comme tous les parents, vous recherchez les meilleurs langes pour votre bébé. Et qu’adviendrait-il si en plus, ils étaient désormais plus écologiques ?

Pour veiller à la propreté des bébés, la couche-culotte lavable possède une grande capacité d’absorption. Elle est étanche grâce à ses couches de tissus et ses inserts

Elle se compose de plusieurs couches de tissus améliorant son imperméabilité : la partie absorbante, la partie imperméable, des zones élastiques, des fermetures boutons-pression ou velcro, scratch.

Il existe différents modèles de couches lavables : les couches multi-tailles ou évolutives, bébé portera une taille unique ou évolutive jusqu’à ce qu’il n’en ait plus besoin alors qu’une couche multi-tailles se catégorise par fourchette de poids.  

Ils peuvent être composés de divers matériaux doux et naturels pour les fesses de bébé : le chanvre, le coton bio, le bambou, la cellulose ou le tissu éponge. Le nombre de couches est important pour accueillir les selles et l’urine en évitant toute irritation. En cas de peau sensible et de rougeurs, évitez les composants polyester et microfibre : il est important dans ces cas-là, d’opter pour des langes lavables sans trop de traitements par produits chimiques.

Sur vos couches absorbantes réutilisables vous pouvez tout à fait utiliser des culottes en divers tissus agréables pour la peau de bébé : de la polaire, de la flanelle, de la viscose, du velours et autre tissu lavable. Ces textiles agissent comme une couche supplémentaire de protection hygiénique mais ont aussi un aspect plus esthétique.

Pourquoi choisir la couche lavable ? Une démarche zéro-déchet agréable pour bébé

Jusqu’ici, changer son enfant représentait tant un budget qu’une consommation énorme de produits éphémères dont la fameuse couche jetable.

Pourtant, équipés d’une couche d’absorbants et d’une culotte de protection bien pensées, les bébés sont tout aussi bien protégés des fuites qu’avec les couches jetables. Le petit plus, et non des moindres : nous pouvons en plus, en profiter pour réduire nos déchets

Tous les jeunes parents investissent énormément dans l’achat de langes jetables et les poubelles à côté de la table à langer se remplissent plutôt vite. Nos ordures étant déjà problématiques au quotidien, réduire l’utilisation de consommables pour bébé est un acte responsable et respectueux pour l’environnement

Ainsi, en optant pour le réutilisable, nous pouvons réduire notre impact environnemental en choisissant des couches pour bébé respirantes, confortables et ajustées

Facilement lavables, les couches en tissu imperméable et tissu absorbant passent à la machine à laver sans problème. En cas de matière naturelle, pensez à programmer une température environnant les 40° à 60° selon l’état des couches sales

Cependant pour certains composants il faudra peut-être éviter le sèche-linge. Le lavage des couches de tissu pour bébés reste très simple, économique et écologique. Il faut seulement penser à prévoir une couche et quelques épaisseurs d’avance chaque jour. 

Les couches-culottes en matières naturelles douces et absorbantes pour le fessier de bébé, opter pour des lingettes lavables, se procurer un joli sac à couche en tissu : réutiliser les couches de bébé évite de produire une tonne de déchets « usage unique » et de veiller au bien-être de son enfant. 

Vous pouvez vous procurer un kit d’essai si vous souhaitez d’abord faire un test avec votre bébé. Il existe des kits variés, n’hésitez pas à vous rapprocher de créateurs près de chez vous, ou de vous procurer des tutos pour coudre et créer vos propres couches lavables.

Gourde écologique made in france : veiller à notre santé et à celle de la planète

Goude écologique made in France

Dans vos démarches pour limiter votre impact environnemental vous avez pensé au recyclable en faisant vos courses, mais savez-vous quelles énergies demande ce processus ?

Y-a-t’il des solutions encore plus efficaces que de redonner une vie à des matériaux ? La réponse est oui, pour mettre un terme à l’usage unique, des objets zéro déchets font leur entrée en magasins et parmi eux, la gourde connaît un franc succès.

Gourde écologique made in france : dites adieu à la bouteille d’eau et au bpa, optez pour la bouteille Thermos personnalisable

Séparez-vous enfin de la vaisselle jetable, des bouteilles et autres plastiques de boissons pour adopter un mode de vie plus proche du zéro-déchet.

Palliez au recyclage qui n’est plus une solution suffisante de nos jours compte tenu de la production de déchet massive que nous produisons et délaissant les bouteilles d’eau, les gobelets et les emballages jetables. 

Une gourde réutilisable, des pailles en inox, des mugs en bambou, dans une démarche de respect environnemental, de nombreuses solutions ont été pensées. 

Les gourdes et les bouteilles réutilisables selon leur composition peuvent être une alternative viable

Une gourde conçue en France, en acier inoxydable, a un faible impact pour l’environnement, isothermes elles ont une contenance variable et des compositions limitant un grand nombre de produits chimiques. Un exemple parlant est la gourde Gobi, garantie sans transfert de matière plastique et créée en France dans une démarche de solidarité en faisant appel à un ESAT : derrière un produit écologique made in france, se cache souvent un respect de l’humain en plus d’un respect de l’environnement.

Pratiques, on peut les nettoyer au lave-vaisselle, personnalisables et pouvant être accompagnées par un porte gourde (pour le sport par exemple, en Néoprène), elles sont un accessoire unique et à votre image pour un usage quotidien.

Résistante voire incassable, avec possibilité d’y apposer un bouchon sport, une capsule filtrante, elle pourra remplacer à merveille les bouteilles en plastique pour s’hydrater. 

Gourde écologique made in france : des alternatives à la vaisselle en plastique variées

De plus en plus croisé chez les professionnels de la vente de vaisselle, les objets réutilisables volent la vedette aux produits jetables petit à petit. La réutilisation représente une solution éco-responsable durable dans le temps, elle redonne une véritable valeur aux éléments du quotidien. Les composants recyclables restent bien sûr plus intéressants que les déchets plastiques. On préfèrera forcément un gobelet en carton à un gobelet plastique, cependant si l’option zéro déchet se présente, n’hésitez pas à vous renseigner sur la marque en question, sur ses engagements et ses compositions pour acheter responsable et en toute éco conscience dans une économie circulaire.

Il existe des millions de gourdes différentes, elles sont parfois en amidon de maïs, en verre, en acier. Vous pourrez sélectionner un format parmi une large gamme si vous recherchez plutôt une petite gourde, une gourde filtrante, une gourde isotherme, etc.

Tout est pensé pour minimiser les perturbateurs endocriniens, éviter le bisphénol A.

Votre gourde écolo pourra passer par une personnalisation, elle pourra être transparente, comporter une sérigraphie, se composer d’une double paroi, elle pourra contenir tant des boissons chaudes que des boissons froides, vous pourrez y glisser un sachet d’infusion, de l’eau du robinet, des glaçons, vous pourrez grâce à elle, étancher tout type de soif partout où vous vous trouverez.

Ponctuez votre quotidien de petits gestes ancrés dans une démarche éco-responsable, quittez les produits en plastiques non certifiés sans BPA, il existe des produits pour chaque profil, chaque usage, le choix est vaste dans la réduction des déchets.

Les gestes éco responsables simples pour la maison

Réduire ses déchets

L’année 2020 aura été l’année qui aura su mettre en exergue la pression que nous exerçons sur l’environnement. Notre façon de nous développer à tout va, sans prendre en compte notre planète et l’équilibre fragile de la faune et de la flore a sauté aux yeux à de nombreuses personnes, aujourd’hui désireuse de faire mieux.

Nous déversons des montagnes de déchets sur notre Terre, alors qu’avec quelques gestes simples, il est devenu très simple de drastiquement diminuer ses déchets

Le premier produit jeté à travers le monde est le plastique. Instauré dans notre quotidien de manière massive depuis les années 60, il est devenu un réel fléau à bannir. Toutefois, s’étant installé partout chez nous, on ne sait parfois par où commencer. Les solutions pour diminuer ses déchets sont simples.

Le zéro déchet en quelques mots

Le zéro déchet est une démarche qui cherche à supprimer le déchet à la source. Le bon déchet est celui qu’on ne produit pas, as-t ’on coutume de dire. C’est une revue complète de voir notre consommation. Pour éradiquer ses déchets, il faut pouvoir s’équiper de produits zéro déchet réutilisables et éviter de nombreux emballages qui finissent à la poubelle. Ce mouvement en lame de fond écolo se manifeste par la règle des 5 « R » :

  • Refuser : Ne pas prendre l’inutile et savoir dire non au futile
  • Réduire : Limiter les quantités d’un produit qu’on se procure. Il ne faut pas avoir plus grand yeux que grand ventre
  • Réutiliser : Savoir redonner une vie à un objet, choisir le 2eme main ou encore vendre ou faire don des objets qu’on n’utilise plus et ne pas le jeter
  • Recycler : Si après ces 3 premières règles, il reste un déchet, savoir faire le tri et le recycler
  • Rendre à la Terre : Plus communément connu sous le fait de composter.

Maintenant qu’on a une bien meilleure appréciation de ce qu’est le zéro déchet, par ou pouvons-nous commencer à la maison, pour y aller par étape.

Où commencer la diminution de déchet chez soi

À la maison, nous cumulons un tas d’affaires. On ne s’en rend réellement compte que quand on commence à bien regarder. Les produits de beauté embouteillé en plastique dans la salle de bain, les emballages alimentaires, les produits ménagers, la liste peut-être très longue. Le plus simple est de commencer par la salle-de-bains :

Une salle de bain sans plastique

Un rapide tour dans la salle de bain nous montre à quel point le plastique est omniprésent. Produits de beauté, gel douche, gel de rasage, rasoirs, emballage de coton démaquillant, dentifrice, brosse à dents, baumes, après-shampoings ou encore déodorant. La liste est longue et les déchets sont nombreux. Pour y remédier, les solutions sont pourtant simples :

Prendre soin de soi avec des cosmétiques solides

Pour chaque soin conventionnel que vous avez dans votre salle de bain, une version éco responsable, dépourvu d’emballage et sans produits chimiques existent. Plus connu sous le terme des cosmétiques solides, vous pouvez facilement remplacer tous vos soins par des versions sous forme de galet. Shampoing solide, savonnette, dentifrice solide, déodorant solide ou encore huile démaquillante solide vous permettront de facilement supprimer les déchets de votre salle-de-bain.

Remplacer les accessoires en plastique par du naturel et du bois

Vous avez sûrement une brosse, ou même plusieurs. Que ce soit pour vos cheveux et pour vos dents, optez pour une brosse à dents ou brosse à cheveux en bois sera bien plus éco responsable et sain, sans compter qu’elles sont plus agréables en main. Votre brosse à dents en bois avec tête interchangeable sera en plus bien agréable et moins cher. Une fois usé, vous pourrez les composter.

Employez des cotons lavables et cure-oreilles réutilisables

Les cotons pour se démaquiller et les coton-tige sont un véritable problème mondial. Le coton coûte d’un point de vue environnemental (sauf le coton bio). Cher en consommation en eau, l’ensemble des produits chimiques nécessaire à ce matériel est un réel désastre écologique. Pourquoi ne pas opter pour des coton-tige en bambou avec coton bio ou mieux un cure-oreille ? Simple, lavable et réutilisable, vos oreilles sont propres à souhait. Pour les cotons démaquillants, optez pour des cotons pour vous démaquiller réutilisables. Lavables, vous pouvez les mettre en machine pour les réutiliser autant de fois que vous le voudrez ! De vraies économies en perspectives.

Une cuisine zéro déchet

La cuisine a du plastique à ne plus savoir quoi en faire. Emballages alimentaires, film plastique, ustensiles et planche à découper en plastique, voir même assiettes et couverts parfois. Pour la cuisine ce n’est pas évident, mais des solutions efficaces existent !

Bien choisir les emballages aux courses

Lors de vos courses, vous avez un pouvoir dont on ne se rend pas compte, votre carte bancaire ! Chaque achat que vous faite est un vote, un vote pour le monde dans lequel vous souhaitez vivre. Prenez donc bien soin de choisir vos aliments avec les bons emballages. Carton, verre ou vrac sont les meilleures options, qui pousseront industriels à modifier leurs gammes !

Utiliser un Bee Wrap

Fini le film alimentaire pour les restes ou pour protéger vos mets. Pour emballer et préserver vos aliments de manière éco responsable prenez un tissu enduit de cire (d’abeille ou de soja). Le bee wrap, thermo formable, préservera vos aliments sans que vous n’ayez besoin de couper une feuille de plastique, pour ne la jeter que quelques instants après. A trouver sur une boutique, ou à faire soi-même.

Boire l’eau du robinet

Assurément un des gestes les plus écolo qu’on puisse faire. Fini les bouteilles en plastique avec de l’eau rempli de micro-plastiques. L’eau du robinet est l’aliment le plus vérifié en France. Si le goût vous dérange ajouter un filtre directement sur votre robinet ou bien utilisez des filtres à charbon dans une carafe pour supprimer ce goût qui peut parfois déranger.

Une démarche zéro déchet simple à mettre en place

En y regardant de plus près, on note qu’il est en effet simple de supprimer facilement les déchets chez soi. Les produits zéro déchets se trouvent sur une boutique zéro déchet et vous faciliteront pur mettre en œuvre votre démarché éco responsable. Pendant de nombreuses décennies les industriels ont su rivaliser d’arguments toujours plus complexe pour que vous optiez pour leurs produits. Toutefois, vous avez désormais le pouvoir de changer cela et d’y remédier ! Chaque produit sans plastique choisi contre un autre avec est une victoire qui permettra à notre planète de mieux respirer et de mieux vivre. Une harmonie et équilibre bienvenue après l’année que nous avons vécue. Tentez ce premier pas et racontez-nous votre premier geste éco responsable !

Micro station prix, fonctionnement, entretien : nos conseils

Micro station prix

Vous cherchez à effectuer des travaux d’assainissement et opter pour un système individuel plutôt que de l’assainissement collectif ? 

La micro station vous permettra d’accéder à une épuration autonome et à la différence des fosses sceptiques : sans consommation électrique, donc plus économique et durable. Consultez une entreprise d’assainissement pour calculer votre budget et faire les bons choix pour l’assainissement des eaux usées de votre terrain pour une mini-station viable et économique.

Micro station prix, quels coûts, comment fixer le budget ?

Installer un dispositif d’assainissement pour une maison individuelle est une affaire délicate car elle représente un investissement conséquent. 

Vous souhaitez mettre en place un système d’assainissement non collectif ? Le SPANC (service public d’assainissement non collectif) pourra vous renseigner sur l’installation et l’entretien d’une micro-station sur votre propriété. Vous pourrez peut-être même bénéficier d’aides financières pour l’installation de cette station d’épuration individuelle.

À savoir que son prix ne dépendra pas uniquement de la station choisie mais aussi de ses conditions et son temps de pose. Ce type de système adapté, durable et posé par une société agréée plutôt qu’une filière traditionnelle sera assurément très économique sur le long terme. N’hésitez pas à demander un devis gratuit à plusieurs professionnels pour vous faire une idée.

Le coût de son installation variera selon le terrain et ses complexités (terrain peu praticable car rocheux, peu accessible). Si ce dernier comporte trop d’aspérité, il est possible d’avoir recours à une étude de sol et un terrassement pour lui assurer un bon fonctionnement. 

Cet assainissement autonome une fois posé fera d’abord l’objet d’une visite payante du SPANC afin de contrôler la concordance entre l’installation des compartiments et votre dossier.

Puis l’installation d’épuration sera à vidanger et à soumettre à un entretien annuel pour favoriser le bon fonctionnement du traitement biologique et de l’évacuation des eaux.

Qu’est-ce qu’une micro station d’épuration 

Ces stations d’épuration individuelles sont un système complet, compact et unique gérant le prétraitement, le traitement et le rejet des eaux usées.

Ce dispositif se différencie d’une fosse septique par son aspect plus compact et ne nécessitant pas d’électricité pour brasser l’ensemble des effluents.

Ce dispositif va assurer un assainissement individuel et totalement autonome s’il est bien entretenus et que l’on veille à effectuer la vidange régulièrement.

Son fonctionnement est assez simple et se base sur un principe de diverses cuves : 

Pour le prétraitement des eaux, une première cuve s’occupe de dissocier les liquides et les matières solides des eaux usées domestiques. 

Puis, dans une seconde cuve (le réacteur biologique d’épuration), les éléments prétraités subissent une aération grâce à l’oxygénation et au réacteur chargé de la ventilation

L’intervention de micro-organismes et bactéries aérobies apporte ensuite une dépollution

Les boues domestiques et les gaz qui en ressortent sont décantées et se retrouvent dans le premier compartiment de la station. 

Enfin, les eaux nettoyées des parties polluantes sont rejetées ou par infiltration en sous-sol ou par une irrigation végétale, ou même dans un cours d’eau en milieu naturel après consultation du SPANC.

Vous croiserez peut-être un modèle de micro-station disposant d’une troisième cuve : le décanteur. Comme son nom l’indique, celui-ci offre au traitement des eaux, une dernière décantation.

À noter que de la même façon qu’une fosse toutes eaux, ces micro-stations ne reçoivent pas les eaux considérées pluviales.

World Cleanup Day ou lutter contre la prolifération des déchets

World Cleanup Day

Ce samedi 19 septembre aura lieu le World Cleanup Day, un événement mondial qui a pour objectif de récolter des déchets et lutter contre les décharges sauvages.

Ce sont plus de 2000 opérations de ramassage de déchets qui sont prévues en France. L’édition de l’année dernière avait permis de ramasser pas moins de 840 tonnes de déchets dans le monde entier. Ce mouvement, né en Estonie, a pour objectif de « sensibiliser à la cause environnementale et à la multiplication des déchets sauvages. »

Virginie Guérin, présidente du World Cleanup Day, s’est confiée au Point à ce sujet. Elle souhaite « plus d’actions, moins de bla-bla » : « Le message, c’est que tous les citoyens peuvent agir en faisant quelque chose de très simple et de très concret pour changer le monde ».

Virginie Guérin a néanmoins conscience des limites du mouvement, bien qu’il soit nécessaire. D’après elle, « ce serait utopique de se dire qu’on va tout nettoyer en une journée. C’est un premier pas qui permet de s’interroger sur la présence de ces déchets et d’entamer sa transition écologique » affirme la présidente du mouvement au Point. 

2000 opérations de nettoyage déclarées

En vue du World Cleanup Day, ce sont pas moins de 2000 opérations qui ont déjà été déclarées sur la carte interactive de l’association avec une nouveauté liée à la crise sanitaire : « cette année, on sait qu’on va avoir pas mal de masques à ramasser, et toujours des mégots ».

Par ailleurs, des initiatives fleurissent à l’image du groupe Facebook Run Eco Team qui rassemblent plus de 27 000 membres ou encore GreenR, une application qui permet de déclarer les déchets sauvages. Ces initiatives ont pour objectif de mobiliser les utilisateurs en vue de débarrasser la nature de ces dépôts sauvages. « La majorité des gens ont envie qu’il y ait des initiatives, mais ils ne sont pas encore prêts à s’engager » affirme le créateur de GreenR au Point.

Enfin, à l’initiative du World Cleanup Day, un « nettoyage numérique » à réaliser depuis chez soi est également organisé. « Le but, c’est de vider ses messageries sur les réseaux sociaux, de nettoyer sa boîte mail, de baisser la résolution vidéo par défaut dans ses réglages quand on n’a pas besoin de la meilleure qualité… » affirme Virginie Guerin : « 1 Mo de données effacées, c’est environ 19 grammes de carbone économisés ».

Accord UE-Mercosur : l’accord remis en cause pour son coût environnemental

traité UE-Mercosur

L’accord commercial entre l’Union Européenne et les pays du Mercosur pourrait engendrer une accélération de la déforestation annuelle selon un rapport.

Il s’agit d’une « occasion manquée ». C’est en tout cas un rapport remis au Premier Ministre français, Jean Castex, qui l’affirme. En effet, l’impact sur la déforestation de la forêt amazonienne pourrait être capital en raison de la hausse de la production de viande bovine (passage de 2% à 3%).

Ce rapport a été réalisé par la Commission d’évaluation au mois de juillet 2019 avec l’objectif de réaliser une évaluation indépendante, mais surtout de déterminer les « effets potentiels (…) en matière de développement durable » engagés par l’accord.

Ainsi, d’après la Commission d’évaluation, cet accord « représente une occasion manquée pour l’UE d’utiliser son pouvoir de négociation pour obtenir des garanties solides répondant aux attentes environnementales, sanitaires et plus généralement sociétales de ses concitoyens ».

D’après le rapport, l’augmentation de la production bovine nécessiterait de mobiliser des pâturages supplémentaires, ce qui provoquerait une « accélération de la déforestation annuelle de l’ordre de 5% » durant six ans.

De plus, le traité UE-Mercosur ne mentionne « aucune mesure effective pour la mise en œuvre des engagements climatiques ». Le président français Emmanuel Macron avait déjà émis des menaces quant à la ratification de l’accord « si le gouvernement brésilien ne prenait pas les mesures nécessaires pour protéger la plus grande forêt tropicale du monde », comme le rappelle Le Figaro.

Selon le rapport, « c’est mieux que rien, mais il s’agit là encore d’une occasion manquée de mettre toutes les parties contractuelles, de part et d’autre de l’Atlantique, face à leurs responsabilités vis-à-vis des générations futures ».

Les portables et réseaux sans fil responsables de la mortalité des insectes ?

Mortalité des insectes

Selon une analyse réalisée l’Association allemande pour la conservation de la nature (NABU) à partir d’études menées par deux ONG, le rayonnement des téléphones et des réseaux sans fils pourraient constituer une menace pour les insectes.

L’analyse publiée ce jeudi, et basée sur des données de 190 études, a conclu que l’exposition croissante de l’environnement aux rayonnements électromagnétiques a “probablement une influence sur le monde des insectes ». Ainsi, les téléphones portables pourraient constituer l’une des principales causes de la mortalité des insectes en ce qui concerne l’Europe.

Si l’on prend l’exemple des abeilles, des guêpes et des mouches, 60% des études réalisées ont révélé des effets indésirables allant de la perte de la capacité d’orientation jusqu’à la détérioration du matériel génétique des larves.

Ceci serait du à l’introduction en dose importante d’ions calcium chez les insectes selon l’ONG, ce qui provoquerait des réactions telles qu’un « stress cellulaires ». Par ailleurs, l’analyse affirme que “des études menées en Grèce montrent également que le rayonnement des téléphones portables est nettement plus nocif que le champ magnétique d’une ligne électrique à haute tension ».

Johannes Enssle, responsable de NABU affirme que “le sujet est inconfortable pour beaucoup d’entre nous car il interfère avec nos habitudes quotidiennes et il y a de puissants intérêts économiques derrière la technologie des communications mobiles ».

Une question qui intervient en plein débat sur l’arrivée de la 5G décriée pour ses effets secondaires, par les écologistes.